Sur les traces du Tacot

Alain est un amoureux de sa région… et du Tacot. Il n’en fallait pas plus pour qu’un jour Alain accompagné de son épouse se lancent dans l’aventure à la découverte de nouveaux territoires ferroviaires. L’aventurier des vieilles traverses ne fut pas déçu de son voyage…

Le confinement (et la retraite) nous a permis de redécouvrir notre belle Franche-Comté. Par curiosité, avec Nanou, nous avons essayé de retrouver les traces du Tacot dans le Haut-Doubs et le Haut-Jura. Nous avons parcouru le tracé à la recherche de vestiges. Une carte de 1950 (trouvée sur le site Géoportail) nous a bien aidés car on y voit bien le tracé du Tacot. De même que les renseignements fournis par Claude-Bernard Rossinelli. Des séances photos ont eu lieu un peu partout. Une bonne partie des BV est encore debout. Certains sont reconnaissables car peu modifiés, tandis que d’autres sont bien retouchés. Nous avons eu un coup de cœur pour la halte de Reugney (Ligne CFD du Doubs Besançon-Pontarlier par Amathey-Vésigneux). Et que croyez-vous qu’il arrivât ? Elle est reproduite en HO. Les plans définitifs du bâtiment seront fournis à Maxime (Bois Modélisme), des fois qu’il veuille l’ajouter à son catalogue… En échangeant avec Claude-Bernard, nous apprenons l’existence d’un pont du Tacot entre Reugney et Bolandoz. Et c’est parti pour une exploration du secteur. Ce petit ouvrage lui avait été signalé par Claude Lornet. Mais Claude-Bernard n’a pas eu le temps de profiter de toutes les connaissances de Claude. Alors pour lui, nous avons affronté la végétation qui a envahi la plateforme, et nous sommes tombés sur ce petit pont qui franchit le ruisseau « Le Dard ». Photos et prises de mesures. A l’époque, ils faisaient de belles choses. Mais le temps commence à faire son œuvre, des pierres sont descellées. A la sortie de cet ouvrage, le ruisseau tourne à droite et pour protéger les berges de l’érosion, les ingénieurs ont construit un petit mur qui suit la courbe du Dard. De même pour éviter que l’eau ne sape les bases du pont, il a été construit un sol en pierre. Petit pont que j’ai reproduit sur un petit diorama (style show-case). Je demande  l’indulgence pour les compteurs de rivets : sur le diorama, il y a un autorail Billard alors qu’ils n’ont jamais circulé sur les lignes du Doubs et du Jura… Mais c’est tout ce que je possède. Ce format est bien pratique pour mettre en valeur des éléments de notre patrimoine. De plus, ça ne prend pas beaucoup de place et ne nous décourage pas devant l’ampleur des travaux. Sur ce diorama, il reste à reproduire l’eau, à moins de considérer que nous sommes en période de sécheresse.

Ça sera plus facile à reproduire, mais ne reculons pas devant le travail. Rien n’arrête le CFFC !  J’ai le souvenir du viaduc d’Andelot-en-Montagne qui attend toujours sa finition dans notre grenier… Là le viaduc fait 2,50m de long. D’autres projets sur le Tacot sont en cogitation. La suite au prochain numéro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.